Les acomptes

Les acomptes

L’entrepreneur va vous demander un acompte. Cela aussi est légitime, car il va devoir prendre diverses dispositions, commander des matériaux, faire appel avant l’entame du chantier à des techniciens, ingénieurs spécialistes, et s’engager vis-à-vis de sous-traitants, etc.

N’acceptez néanmoins pas de payer un acompte trop important. Il doit rester un simple engagement afin que l’entrepreneur puisse faire face à ses premiers frais. Pensez que vous êtes, financièrement, d’emblée en porte-à-faux. Donc, prudence.

L’entrepreneur ou le promoteur va tout faire pour que l’acompte soit payé le jour même de la signature du contrat d’entreprise. N’acceptez que si vous avez une totale confiance en votre promoteur, sinon essayez de reporter le payement de cet acompte au début même du chantier ou à quelques jours avant son début. Ce ne sera pas facile, mais essayez tout de même.

Exemple concret :

Un entrepreneur, à la situation peu florissante, après une campagne publicitaire puissante, a signé une vingtaine de contrats d’entreprise et a disparu en empochant les acomptes très substantiels qu’il avait exigés.

Bon à savoir :

Il faut distinguer l’acompte, la garantie et les arrhes. En l’occurrence, dans un contrat d’entreprise, l’on ne parle que de l’acompte qui est un à-valoir sur le prix. Son paiement constitue un début d’exécution du contrat de vente.